Politique
Publicite Suisse > Affaires publiques > Prise de position concernant l’organisation de la recherche sur l’utilisation de la radio et de la télévision

- 06 Février 2014

Invitation OFCOM à l’échange de vue sur l’organisation de la collecte de données radio et télévision du 10 février 2014

Sans vouloir porter préjudice à l’échange d’opinion à venir et à ses éventuels résultats concrets, Publicité Suisse en coordination avec l’organisation partenaire Schweizer Werbung prend position concernant l’organisation de la recherche sur l’utilisation de la radio et de la télévision.

Dans la perspective de l’organisation faîtière de la communication commerciale en Suisse, les intérêts des annonceurs, agences et entreprises de médias tiennent en 2 points :

a. Des données de recherches fiables

Pour la planification précise des campagnes publicitaires, la branche publicitaire a besoin de données fiables et d’un haut niveau de qualité. C’est pourquoi, en matière de données, il faut:

  • Des données conformes à la réalité sur le plan national, régional et local.
  • Des données conformes aux standards internationaux en la matière.
  • La prise en compte dans la recherche de l’évolution de la consommation et des modes de consommation des médias.

b. La Suisse comme place médiatique forte

Le marché publicitaire est fondamentalement intéressé à une place médiatique active et forte, fait d’entreprises dans toutes les familles médias, développant une offre éditoriale forte et atteignant des hautes performances aussi bien sur le plan qualitatif que quantitatif.

Dans ce sens, Publicité Suisse salue toutes les mesures visant au renforcement de la place médiatique suisse.

En terme de recherche, cela signifie notamment que :

  • Les audiences des acteurs nationaux, régionaux et locaux doivent disposer de données d’audience de même qualité et comparables.
  • Le financement de la recherche par la Confédération doit être alloué à la recherche sur la consommation des médias au sens de la LRTV, hors recherche sur les moyens publicitaires.

Publicité Suisse est d’avis que le système introduit en 2013 pour la collecte des données TV remplit globalement les conditions-cadres énoncées ci-dessus. Les mécanismes de contrôle de Mediapulse devraient faire l’objet d’une analyse critique afin de s’assurer que des données validées ne puissent être bloquées par aucune entreprise média, ce au détriment des intérêts du marché publicitaire. De l’avis de Publicité Suisse, une commission technique selon l’exemple allemand ou une extension des compétences de la commission des utilisateurs seraient des voies possibles.

Pour le surplus, nous sommes d’avis que la structure de la recherche radio et télévision avec un mandat législatif à une fondation ad hoc constituée des représentants du marché est une bonne formule qui rend les acteurs du marché responsable de ladite recherche tout en fournissant au régulateur les éléments de surveillance nécessaires et suffisants.
De plus, les modifications structurelles dans la consommation des médias, le digital shift, rend toujours plus difficile la séparation de la consommation médias dans les catégories de médias classiques. De ce constat, Publicité Suisse considère qu’une étude Single-Source intégrant l’ensemble des médias et soutenue financièrement par la Confédération constitue une option intéressante pour la recherche média du futur.